Pour beaucoup, l’automobile autonome est un rêve. Elle symbolise à la fois la liberté, la sécurité… Mais elle paraît encore assez illusoire. Qu’en est-il vraiment et quand arrivera-t-elle enfin sur nos routes ?

C’est certain, l’automobile telle que nous la concevons actuellement atteint ses limites. L’erreur humaine possible la rend vulnérable et sujette à de fréquents accidents. Si les chiffres de la sécurité routière veulent être contenus, il faut envisager l’automobile différemment. Plusieurs constructeurs se sont penchés sur son automatisation, sa robotisation. On trouve désormais plusieurs voitures capables de se garer toutes seules mais c’est encore insuffisant pour séduire.

Tesla travaille actuellement sur des prototypes de voitures autonomes mais sans parvenir encore à des résultats concluants qui pourraient amener à une commercialisation prochaine. De son côté, Google et sa Google Car sont au point mort. Si les essais sont assez concluants au niveau des trajectoires, la rapidité de l’ensemble est désastreuse et a même induit une amende salée pour « excès de lenteur ». Dans un autre registre, La Rochelle expérimente des minibus autonomes, fonctionnant sans conducteur. Mais ces derniers n’effectuent qu’un trajet précis et seraient bien incapables de s’en éloigner ne serait-ce de quelques mètres.

Dès lors, on comprend assez vite que la voiture autonome n’est pas encore pour demain. Il reste encore de gros freins sur plusieurs aspects, comme la sécurité, les capacités d’anticipation mais aussi la législation des différents pays qui restreint pour le moment encore ces voitures. Et toutes les questions logistiques qui en découlent : en cas d’un accident, comment seraient réparties les responsabilités ? La transition pour ce mode de transport risque d’être encore longue. Plusieurs analystes parlent d’une trentaine pour que les routes ouvertes au public soient ouvertes aux voitures autonomes. Il est bien difficile pour autant d’affirmer la véracité de ces propos ou de les réfuter tant le travail à mener reste long. Les problématiques restent en effet nombreuses : doit-on réserver une voie pour voitures autonomes sur autoroute ? Quelle limitation de vitesse imposer ? Comment la police les contrôlera ? Sera-t-elle vraiment plus sécurisante pour ses passagers en cas d’incident ? Des dérèglements ne sont-ils pas possibles ?

SHARE
Article précédentDS 4S : nouvelle compacte pour le marché chinois
Article suivantTop 10 des SUV les plus vendus en France
Passionné d'automobile depuis mon plus jeune âge et journaliste de métier, le goût de l'écriture m'est venu à l'adolescence après avoir été conquis par une prof de Français à la chevelure de feu et à l'allure sulfureuse. J'ai débuté ma carrière comme scribeur puis comme pigiste, avant de devenir journaliste pour le compte de plusieurs journaux nationaux. J'ai par la suite décidé de me spécialiser dans mon domaine de prédilection, afin d'assouvir ma passion pour l'automobile et l'écriture au travers de plusieurs magazines automobiles (et autres blogs), dont le magazine LeMagAuto.fr que je vous invite à parcourir !

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE REPONSE