Porsche, Lancia Strata, Audi, Escort ! Elles étaient toutes sur la ligne de départ le 26 février dernier pour cette première édition du Cap Corse Rally, nouvelle épreuve organisée sur les traces de la Giraglia et du Tour historique de Corse.

Cap corse, 400 km de route pour revive une course de légende

Composée de 2 étapes et 10 épreuves spéciales, cette course, qui a fait rêver des dizaines pilotes, réunissait 120 participants chevronnés. 400 km à avaler en deux jours sur les routes difficiles et exigeantes de l’île corse, c’était la mission à remplir pour ces passionnés de grosses cylindrées. Tache rendue d’autant plus périlleuse que la météo du Cap corse ne s’annonçait pas clémente. La pluie était de toutes les discussions chez les équipages.
Mais pas de quoi entamer le bonheur de participer à ces épreuves et revivre trente ans de bitume. Tous avaient hâte d’en découdre sur ces routes offrant des points de vue magnifiques, avec pour surprise, au tournant d’un virage, des coulées de boues rendant la chaussée glissante. Au départ de Maccinagio, nouveaux venus et vieux briscards de la compétition s’étaient donné rendez-vous. La moyenne d’âge de 50 ans n’entamait pas leur fougue et le mélange des générations donnait à cette épreuve une dimension émouvante. Certains rêvaient depuis longtemps de cet instant, d’autres venaient revivre leur jeunesse, mais, gentlemen drivers ou jeunes pilotes, tous voulaient en être.

La force de l’expérience pour faire la différence au Cap corse

Jeunes pousses et vieux pilotes qui ont encore le démon se sont disputé les étapes de l’ile lumineuse de Pierre Loti. Après une première journée incertaine, mais épargnée par la pluie, les 91 concurrents ont carrément dû braver les intempéries au cours de la seconde manche. Les leaders du 1er Cap corse Rally n’ont rien lâché lors de la première journée et les chronos n’étaient pas suffisamment éloquents pour donner un favori le lendemain. La Porsche 911 d’Alain Oreille devançait de 2 secondes la Lancia de Christophe Vaison. Derrière Stéphane Poudrel arrivait 3ème avec 2 minutes d’écart.
Samedi a confirmé la suprématie de la pratique. Être double champion du monde des rallyes (89 et 90) forge l’expérience. Piloter une Porsche de 300cv sur les routes détrempées ne relève pas de l’amateurisme. Alain Oreille confortait sa place de leader et remportait la deuxième manche avec 29 secondes d’avance sur Christophe Vaison.
A l’issue de ces deux jours de course, le tableau final restait inchangé. Alain Oreille prend le titre de champion sur la première marche du podium aux cotés de Christophe Vaison arrivé second et Stéphane Poudrel, troisième, au volant de sa Triumph avec 4 minutes de retard au classement général.
Entre vent et pluie et sans filet, tous les participants venus parfois de très loin, voyage depuis Madagascar, Rio ou Miami, ont offert un superbe spectacle, dans le cadre exceptionnel du Cap corse, renouant avec l’histoire de la compétition.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE REPONSE