Si vous souhaitez rouler dans certaines villes en France, vous devez impérativement posséder une telle vignette. Elle est attribuée en fonction de la pollution engendrée par votre véhicule, plusieurs classes sont donc disponibles et la demande peut être réalisée sur Internet en quelques clics de souris. La vignette Critair est nécessaire que vous soyez un professionnel ou un particulier, car l’objectif consiste à favoriser les véhicules les moins problématiques pour la planète. C’est donc l’émission de carbone qui est au centre de toutes les préoccupations, car certaines villes sont largement entachées par la pollution.

Un certificat en lien avec votre degré de pollution

Ce sont six gammes qui sont disponibles, vous avez une note de 1 à 5 pour les voitures traditionnelles et un régime spécial est disponible pour les véhicules électriques. Ces derniers ne polluent pas puisqu’il n’y a pas de carburant, mais une batterie classique. Il suffit de la recharger grâce à une borne chez vous ou dans un lieu spécial comme le parking d’un centre commercial ou une voie de stationnement dans une voiture. Pour effectuer la demande, vous devez fournir quelques éléments concernant votre véhicule, dont la marque, la référence et la date de mise en circulation. Une note est ensuite attribuée et les villes peuvent réaliser une sélection pour la circulation en fonction des pics de pollution.

Quelles sont les villes concernées ?

Que vous soyez un habitant ou un simple voyageur, vous êtes logé à la même enseigne. Il faut donc avoir une vignette antipollution pour Paris, Lyon, Grenoble, mais également Toulouse, Rennes et même Bordeaux. Si vous avez une mauvaise note et que votre vignette n’est pas acceptée par la commune à cause d’un pic de pollution, vous pouvez être sanctionné lors d’un contrôle. Ce dispositif a le même objectif que le système des plaques paires ou impaires.

SHARE
Article précédentLe prêt auto est-il compatible avec le rachat de crédits ?
Article suivantComment choisir ses pneus ?
Passionné d'automobile depuis mon plus jeune âge et journaliste de métier, le goût de l'écriture m'est venu à l'adolescence après avoir été conquis par une prof de Français à la chevelure de feu et à l'allure sulfureuse. J'ai débuté ma carrière comme scribeur puis comme pigiste, avant de devenir journaliste pour le compte de plusieurs journaux nationaux. J'ai par la suite décidé de me spécialiser dans mon domaine de prédilection, afin d'assouvir ma passion pour l'automobile et l'écriture au travers de plusieurs magazines automobiles (et autres blogs), dont le magazine LeMagAuto.fr que je vous invite à parcourir !

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE REPONSE