Citroën a dévoilé très récemment une Citroën DS 4S au style plutôt séduisant. Tout démarre par un regard. La DS 4S, c’est avant tout une belle gueule, alliant du chrome fumé à des optiques savamment dessinées, des galbes généreuses et des aérations qui feraient trembler une Ferrari.

Le profil est nettement plus consensuel avec une ligne inspirée à la fois par la DS4 bien connue dans l’hexagone mais davantage encore par la Citroën C4. Une ligne de caisse assez haute et des hanches qui marquées qui s’achèvent sur un arrière à la fois simple mais efficace avec des feux à la signature lumineuse unique et deux copieuses sorties d’échappement.

La robe, rouge pas vraiment discrète se conjugue avec des jantes d’un beau diamètre au style élancé qui ne font que confirmer les ambitions de DS : un style à part entière. D’ailleurs, comme la DS5 il y a quelques mois, les chevrons ont disparu, laissant place au logo DS à l’avant et à l’arrière.

L’habitacle ne dépaysera pas les actuels possesseurs de DS3, DS4 ou DS5. Le style est travaillé, résolument moderne et faire part belle à la technologie avec un écran central assez généreux. L’assise s’inspire des modèles haut de gamme en adoptant des surpiqures et en offrant des sièges stylisés d’une teinte oscillant entre le rouge flamboyant et le magenta.

Sous le capot, on trouvera trois blocs essence de 136 à 204 chevaux, ce qui n’est pas anodin mais plutôt plaisant. DS chercherait-elle à aguicher le passionné de voitures ? Oui mais pas s’il est français car la belle rouge ne devrait pas être commercialisée en France, ni même en Europe mais exclusivement en Chine.

Qu’attendre de cette DS 4S ? Tout d’abord, il est possible qu’elle instaure de nouveaux codes esthétiques à la marque, en excluant progressivement ceux de Citroën mais aussi qu’elle inaugure un nouveau regard et qu’elle démontre un certain optimisme : celle de viser un public amateur de belles voitures, bien motorisées et inspirées des plus grandes. Conservatrice sur des points et novatrice sur d’autres, cette DS 4S semble promise à un beau succès. Ne reste plus qu’à patienter dans l’attente des premiers retours…

SHARE
Article précédentVéhicules hybrides, moteurs électriques, on en est où ?
Article suivantLes voitures autonomes c’est pour quand ?
Passionné d'automobile depuis mon plus jeune âge et journaliste de métier, le goût de l'écriture m'est venu à l'adolescence après avoir été conquis par une prof de Français à la chevelure de feu et à l'allure sulfureuse. J'ai débuté ma carrière comme scribeur puis comme pigiste, avant de devenir journaliste pour le compte de plusieurs journaux nationaux. J'ai par la suite décidé de me spécialiser dans mon domaine de prédilection, afin d'assouvir ma passion pour l'automobile et l'écriture au travers de plusieurs magazines automobiles (et autres blogs), dont le magazine LeMagAuto.fr que je vous invite à parcourir !

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE REPONSE