Les huiles usagées sont un véritable sujet pour les professionnels. Que vous soyez un artisan, une PME, ou un grand groupe industriel, vous avez besoin de maîtriser le processus dans son ensemble. Voici quelques informations qui peuvent vous être utiles.

Respecter la réglementation environnementale

Le sujet est sensible, la réglementation très stricte, je vous conseille de ne prendre aucun risque avec les résidus des produits que vous devez stocker, il y va de votre image (les clients y sont très sensibles) et de votre porte-monnaie (amendes). Vous devez en premier lieu savoir qu’une unité de stockage des hydrocarbures doit respecter des normes pour pouvoir servir de réceptacle et de cuve destinée au transport.

Ainsi, il vous faudra vérifier qu’elle a bien l’agrément A.D.R (accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route), nécessaire quand on souhaite transporter soi-même ses huiles par le biais d’un GRV (Grand Récipient en Vrac). Pour cela, je vous incite à vous tourner vers des spécialistes de ce type de matériel protégeant l’environnement, qui ont une vraie fibre environnementale, comme par exemple e-retention.fr.

La contenance de la cuve reste l’élément déterminant

En deuxième lieu, posez-vous la question de la quantité d’huile usagée que vous avez besoin de stocker. En effet, la manipulation des cuves n’est pas toujours aisée, et il est nécessaire de prévoir une taille adaptée à votre usage. Les différences sont notables entre 400 l et 1 500 l, à la fois du point de vue de la manipulation à vide, que des possibilités de chargement une fois qu’elle est remplie.

De plus, je vous conseille de bien penser aux petites options qui font la différence : témoin de remplissage, pieds, poignées extérieures, pieds qui permettent d’éviter le contact de la cuve avec le sol, ou encore témoin de fuite.

Ne sous-estimez pas non plus l’investissement dans un entonnoir, et éventuellement dans un tube d’aspiration, cela évite de perdre du temps précieux à effectuer un nettoyage des coulures et salissures difficiles à faire partir.

La cuve de stockage doit être identifiable

Enfin, stocker et recycler requièrent une vraie maîtrise du processus. C’est pourquoi les dernières innovations techniques sont utiles. La matière de la cuve a son rôle à jouer, les huiles ont un pouvoir corrosif qu’il ne faut pas négliger. Pour la cuve de stockage elle-même, le polyéthylène haute densité (PEHD) est indiqué, il procure une bonne résistance chimique et mécanique, et résiste à l’abrasion.

Ensuite, la couleur de la cuve pour stocker vos huiles usagées a son importance : vos collaborateurs doivent pouvoir facilement l’identifier, parce qu’elle ne doit contenir que des huiles usagées. Aucun mélange n’est possible avec d’autres produits tels que les solvants, diluants, liquides de frein, carburants, ou même l’eau.

Pour finir, qu’elle soit stockée à l’intérieur ou à l’extérieur, son enveloppe de protection a son importance. Elle doit lui permettre de faire face aux perçages intempestifs lors de chocs, notamment lors des manipulations de matériels avec des chariots élévateurs. L’acier galvanisé est la meilleure des garanties.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE REPONSE